Des gaz utilisés dans la fabrication de lampes UV aux vertus désinfectantes

Le doux germicide

Quiconque a déjà attrapé un coup de soleil connaît l’effet désagréable des rayons ultraviolets : en peu de temps, ils peuvent détruire des cellules vivantes, laissant alors une peau douloureuse et brûlée. Cependant, ce pouvoir destructeur des rayons ultraviolets peut aussi tuer les microbes. Il est par exemple utilisé pour désinfecter l’eau des piscines ou l’air des salles d’opération. Chez LighTech en Hongrie, où les lampes UVC antibactériennes sont produites, les gaz sont un élément essentiel du procédé de fabrication. 

La lumière UV ayant une longueur d’onde inférieure à 280 nanomètres fait éclater les séquences moléculaires formant les gènes. Si une bactérie ou un virus est exposé à un tel rayonnement UV, il ne sera, tout au moins, plus en mesure de se reproduire. Pour être désinfecté, l’air intérieur est mis en circulation sous le rayonnement d’une lampe UVC – le mieux est de le faire directement dans le système de climatisation. Après un certain temps, tout l’air a ainsi été exposé à cette lumière à ondes courtes. La lumière UVC est utilisé pour la désinfection de l’air notamment dans l’industrie agroalimentaire, les cuisines de restaurant et les hôpitaux. La désinfection de l’eau aux rayons UV a également un effet secondaire bénéfique : la lumière UV transforme l’oxygène (O2) en ozone (O3), lequel s’attaque non seulement aux microbes, mais élimine aussi les impuretés comme la crème solaire et les fluides corporels, et ce, sans recours aux produits chimiques.

La lumière UV aux propriétés désinfectantes est généralement fabriquée grâce à des lampes à vapeur de mercure basse pression. LightTech est l’un des principaux fournisseurs mondiaux. Les lampes sont remplies de néon et d’argon, et plus rarement avec des mélanges de gaz à base de xénon et krypton. L’azote est utilisé comme gaz de protection, afin d’éviter une oxydation des parties métalliques. LightTech utilise la technologie d’oxycombustion de Messer pour la fusion du verre. La consommation de gaz naturel est ainsi réduite d’environ 40% par rapport à celle de la technologie précédente. Par ailleurs, les émissions de dioxyde de carbone sont également plus faibles. LightTech se procure les gaz utilisés chez Messer en Hongrie.  

Recommend page:

Language